Histoire

Un peu d’histoire…

 

Un peu d’histoire… En 1975, à Orléans, un groupe d’éducateurs découvre dans son travail que de nombreux adolescents écrivent, un peu en cachette, et qu’ils s’expriment mieux et plus facilement par écrit que par la parole. À partir de ce constat, ils réunissent certains des textes écrits par ces jeunes, et un livre paraît dans les mois qui suivent : c’est le Bourdon et le cafard. Dans ce livre, l’équipe lance un appel à la correspondance : « Écrivez à Benoît et à Marie-Claude, ils vous répondront. » Rapidement, le succès de cet appel déclenche une correspondance entre adolescents de treize à vingt ans et des adultes de toute la France. En 1983, création de l’association nationale Vivre et l’écrire (association loi 1901). Vivre et l’écrire a désormais trois grandes activités : l’édition, la correspondance et les animations d’écriture spontanée. Ces animations se déroulent en collège, lycée, maison familiale rurale, CDI… ; elles visent, à l’aide de techniques simples, à débloquer l’écriture chez les adolescents. En 1992, création d’une équipe chargée spécialement de l’archivage et de la lecture des manuscrits reçus. Cette équipe reçoit et préserve les manuscrits ; avec l’accord de leurs auteurs, elle les lit et les fait lire. En 1996, création de VEFA - Vivre et l’écrire Formation Animations. Cette association loi 1901 organise des animations d’écriture et des stages de formation à l’animation d’écriture. Agréée centre de formation, VEFA a élargi ses interventions au public dit en insertion (jeunes adultes en recherche d’emploi, femmes immigrée…). En 1997, transformation de Vivre et l’écrire en Vivre et l’écrire Fédération. Elle regroupe l’ensemble des associations locales nées depuis dix ans sous l’impulsion de Vivre et l’écrire, que ce soit en Bretagne, en région parisienne, à Figeac ou à Tours. Toutes partagent la même passion de l’écriture spontanée. Et maintenant… Fidèle aux intuitions du départ, Vivre et l’écrire s’efforce de faire connaître ce que les adolescents écrivent. Par le biais principalement de l’écriture spontanée, Vivre et l’écrire amène des jeunes à s’exprimer : J’ai des choses à dire. Je ne suis pas le seul à exprimer ces choses ; Je ne suis donc pas fou. Je peux entrer en contact avec le monde qui m’entoure. La démarche n’est ni pédagogique ni thérapeutique. Vivre et l’écrire se situe sur le plan de l’écoute, la plus authentique et la plus respectueuse possible. Par la correspondance proposée aux adolescents, par les animations d’écriture en établissement scolaire, s’instaure une relation de confiance où le jeune ne se sent ni jugé ni jaugé, mais accueilli. L’édition des textes, non systématique, est une étape supplémentaire sur le chemin de la valorisation de leurs écrits et donc de leur personne. Elle donne par ailleurs une crédibilité plus grande de leur parole aux yeux du monde des adultes : les textes sont dans un livre, ils sont donc valables. Vingt ans après sa création, Vivre et l’écrire continue à recevoir des lettres écrites en toute confiance ; leur profondeur continue à nous émouvoir. La mise en place d’une équipe spécifique Manuscrits-Archivage permet un meilleur recensement des écrits envoyés à Vivre et l’écrire ; qu’ils soient transmis dans l’espoir d’une édition ou simplement pour conservation, le respect qui leur est accordé est le même. La participation de Vivre et l’écrire à divers salons du livre maintient vivant le lien avec les lecteurs, jeunes ou adultes (parents, professeurs…). Nous avons très souvent la confirmation que la démarche de Vivre et l’écrire est profondément originale car foncièrement gratuite. « Tout être humain a des choses à dire. Tu es plus riche en toi que tu ne le crois. »